Constipation chronique : symptômes, solutions et traitements

Constipation chronique : symptômes, solutions et traitements


En opposition à la constipation occasionnelle, la constipation chronique se caractérise par sa persistance au-delà de 6 mois. L’on distingue trois sous-groupes physiopathologiques de constipation:

- la constipation à transit normal, « fonctionnelle », est définie par un temps de transit normal et est la plus fréquente. Des ballonnements et des douleurs abdominales peuvent aussi être associés mais secondaires à la constipation.
- la constipation de transit , est définie par un temps de transit colique allongé. Ce type de constipation est plus fréquent chez la femme jeune avec peu de défécations et ballonnements.
- la constipation distale ou terminale (dyschésie), ou trouble obstructif de la défécation est liée à un manque de coordination entre les muscles abdominaux et du plancher pelvien lors de la défécation. Elle se traduit par une sensation de blocage anal lors des efforts de poussée. Dans ce cas, des explorations fonctionnelles associées aux symptômes sont indispensables au diagnostic.

La constipation chronique inclut également la constipation secondaire aux médicaments ou iatrogène. Plus rarement à une cause organique (neurologique…) qu’il conviendra bien sûr de rechercher. Enfin, le plus souvent, la constipation chronique est primaire, généralement due à des causes extérieurs : mauvaise hygiène de vie, alimentation, stress… D’autres facteurs, moins fréquemment rapportés, semblent aussi pouvoir influencer la survenue d’une constipation : une activité physique moindre, l’usage de certains médicaments, la dépression, les abus physique et sexuel et le stress. La forte prévalence de la constipation chez les patients institutionnalisés est seulement en partie liée aux effets secondaires de certains médicaments1,2. La constipation a été également associée à un faible apport en fibres alimentaires et à une ration calorique faible3.Source d’un grand inconfort digestif, ce trouble doit faire l’objet d’une prise en charge hygiéno-diététique en 1ère intention3.


Comment reconnaître la constipation chronique ?


C’est la fréquence réduite des selles et la durée de manifestation des symptômes (au moins 6 mois) qui constituent les principaux critères diagnostic de la constipation chronique. Chez les personnes constipées, l’émission des selles est généralement inférieure à une fois par semaine selon l’un des items du score de Cleveland3,4.


L’échelle de Bristol pour comprendre la constipation


La consistance des selles ainsi que les difficultés d’évacuation sont également des paramètres étudiés par les médecins pour conclure à un trouble chronique. Pour cela, ils utilisent l’échelle de Bristol , créée en 1992 en Angleterre.
Cette classification répertorie 7 types de selles en fonction de la consistance et de la forme des selles. Les types 1 ou 2 indiquent une constipation.


Les autres symptômes


À ces difficultés d’évacuation est généralement associé un important inconfort digestif qui se traduit par différents symptômes comme des ballonnements, des flatulences, des hémorroïdes ou encore des douleurs abdominales.
Difficile à vivre au quotidien, il est important de soulager ces symptômes pour améliorer la qualité de vie. Ils peuvent être causés par des changements hormonaux qui déséquilibrent l’appareil digestif et provoquent une constipation occasionnelle ou chronique. Les femmes sont plus touchées que les hommes5,6 car elles connaissent des bouleversements hormonaux plus importants.


Quels sont les traitements de la constipation chronique ?


En cas de constipation, un médecin peut vous prescrire des traitements médicamenteux. Pour les patients atteints de constipation chronique, des examens complémentaires peuvent également être demandés pour trouver la cause de la constipation et ajuster le traitement.


Les différents laxatifs prescrits en cas de constipation chronique


Dans la plupart des cas, les personnes souffrant de constipation chronique vont se voir conseiller un traitement laxatif dit « osmotique ». Ces médicaments ont pour fonction de ramollir les selles bien qu’ils peuvent créer une dépendance lorsqu’ils sont utilisés sur le long terme.

D’autres types de laxatifs peuvent être conseillés par votre professionnel de santé:

- Laxatifs de lest qui gonflent l’intestin et augmentent le volume des selles;
- Laxatifs lubrifiants qui lubrifient le contenu de l’intestin pour ramollir les selles;
- Laxatifs stimulants qui stimulent l’activité intestinale et la sécrétion d’eau;
- Laxatifs par voie rectale qui déclenchent le réflexe d’expulsion des selles.


Qu’est-ce que la constipation iatrogène ?


Ces traitements laxatifs, souvent efficaces dans le cadre d’une constipation occasionnelle, peuvent être la cause de constipation iatrogène. Ce type de constipation est un effet secondaire de nombreux médicaments: La liste des médicaments concernés est longue:

- Analgésiques
- Anticholinergiques
- Antidépresseurs et antipsychotiques
- Antihypertenseurs
- Antiparkinsoniens
- Anti diarrhéiques
- Anti-inflammatoires non stéroïdiens
- Anticonvulsivants
- Antihistaminiques
- Antispasmodiques
- Chimiothérapie antinéoplasique
- Diurétiques


Demandez conseil à votre médecin ou pharmacien sur les médicaments qui peuvent engendrer ou favoriser un épisode de constipation.

C’est l’effet anticholinergique de ces traitements qui a pour conséquence indésirable la constipation. Il est important de détailler vos différents traitements en cours lors d’une consultation médicale pour assurer une meilleure prise en charge de la constipation chronique. Si les médicaments que vous prenez sont suspectés d’être la cause de la constipation, le médecin pourra éventuellement ajuster votre traitement pour prévenir les inconforts digestifs.



Que faire en cas de constipation chronique ?


La constipation chronique peut avoir une cause organique. Dans ce cas, la constipation est un effet secondaire d’une maladie, comme le cancer du côlon, ou de problèmes métaboliques, comme le diabète. En l’absence de cause organique, la constipation chronique affiche généralement une origine fonctionnelle, c’est-à-dire que le transit intestinal est mécaniquement ralenti.

Dans la majorité des cas, l’hygiène de vie et les habitudes alimentaires sont mises en cause. Il est conseillé d’adopter des mesures hygiéno-diététiques3 s’articulant autour d’un régime alimentaire riche en fibres et d’une activité physique régulière pour favoriser un équilibre de la flore intestinale et des mouvements péristaltiques plus efficaces.

Définition des mouvements péristaltiques: ensemble de contractions musculaires qui vont permettre le déplacement d’un contenu dans un organe du corps humain, comme par exemple la progression des selles dans le côlon.


Si la constipation persiste, prenez rendez-vous chez un médecin, il vous prescrira des médicaments adaptés.


Découvrez nos recettes anti-constipation



Quelles solutions non-médicamenteuses en cas de constipation chronique ?


Certaines denrées alimentaires destinées à des fins médicales, comme OptiFibre® permettent de répondre aux besoins nutritionnels en cas de constipation.



Une meilleure alimentation pour un meilleur transit


Pour une alimentation riche en fibres vous devez manger entre 25 et 30 grammes de fibres par jour3. Vous pouvez varier les apports en mangeant des légumineuses, des légumes verts ou encore certains fruits, comme la prune ou les cerises.

Les mauvaises habitudes alimentaires sont souvent la cause de la constipation. Parlez-en à votre médecin ou à un nutritionniste afin de mettre en place des mesures diététiques efficaces. La sédentarité est également un facteur aggravant. Pratiquer une activité sportive régulière vous maintient en bonne santé et participe au bien-être général.



La solution nutritionnelle OptiFibre® en cas de constipation


En parallèle d’une alimentation riche en fibres alimentaires et d’une bonne hydratation quotidienne, OptiFibre® est une bonne aide en cas de constipation, agissant naturellement. Notre produit se compose de fibres alimentaires qui vont augmenter la fréquence des selles et rééquilibrer progressivement la flore intestinale en augmentant la quantité de Bifidobacteriumet de Lactobacillus (un genre de bactéries lactiques retrouvées dans le système digestif)7,8,9.

Disponible en format pot, OptiFibre® peut être facilement incorporée à votre nourriture ou à vos boissons sans en dénaturer le goût, ni la texture.


OptiFibre® est une denrée alimentaire destinée à des fins médicales spéciales et s’utilise sous contrôle médical.

Toute constipation récente inexpliquée par le changement du mode de vie, toute constipation accompagnée de douleurs, de fièvre, de gonflement du ventre doit faire demander l'avis du médecin. En cas de doute ou de persistance des symptômes au-delà de 7 jours, demandez l’avis d’un professionnel de santé. Chez l’enfant, la prise en charge de la constipation demande impérativement un avis médical.


1. De Giorgio, R., Ruggeri, E., Stanghellini, V., Eusebi, L. H., Bazzoli, F., & Chiarioni, G. (2015). Chronic constipation in the elderly: a primer for the gastroenterologist. BMC gastroenterology, 15(1
2. Kinnunen O. Study of constipation in a geriatric hospital, day hospital, old people's home and at home Aging (Milano). 1991;3(2):161-7
3. Vitton, V., Damon, H., et al. (2017) Recommandations pour la pratique clinique de la prise en charge de la constipation. SFNCP éditions 2017
4. Agachan F, Chen T, Pfeifer J, Reissman P, Wexner SD. A constipation scoring system to simplify evaluation and management of constipated patients. Diseases of the colon and rectum. 1996 Jun;39(6):681-5. PubMedPMID: 8646957
5. Zeitoun JD, de Parades V. Constipation chronique de l'adulte. Presse Med 2013;42:1176-85.
6. Zielinski R, Searing K, Deibel M. Gastrointestinal distress in pregnancy prevalence, assessment, and treatment of 5 common minor discomforts. J Perinat Neonatal Nurs. 2015;29(1):23-31
7. Takahashi, H., Wako, N., Okubo, T. et al. (1994). Influence of partially hydrolyzed guar gum on constipation in women. Journal of nutritional science and vitaminology 40(3):251
8. Okubo, T., Ishihara, N., Takahashi, H., et al. (1994). Effects of partially hydrolyzed guar gum intake on human intestinal microflora and its metabolism. Bioscience, biotechnology, and biochemistry 58(8):1364-9
9. Ohashi, Y., Sumitani, K., Tokunaga, M., et al. (2015) Consumption of partially hydrolysed guar gum stimulates Bifidobacteria and butyrate-producing bacteria in the human large intestine. Beneficial Microbes 6(4):451-5


Découvrir nos autres conseils

Plus de conseils