Constipation et douleurs : quel lien ?

 

Constipation : douleurs et symptômes

En plus d’être une importante source d’inconfort digestif, la constipation, qu’elle soit chronique ou occasionnelle, peut aussi être à l’origine de certaines douleurs abdominales, dorsales, voire cérébrales. Comment reconnaître des douleurs liées à la constipation ? Que faut-il faire pour les soulager ?

 

La constipation : quelles caractéristiques ?

 

La constipation est un trouble du fonctionnement intestinal qui se définit principalement par une évacuation insuffisante des selles. Ces dernières stagnent au sein des intestins et vont s’assécher et durcir, rendant leur expulsion difficile, voire douloureuse. En général, la constipation est évoquée lorsque la fréquence des selles est inférieure à trois fois par semaine. La sévérité de la constipation peut être évaluée de manière objective par plusieurs scores développés dans cette indication1,2. L’un des items du score de Cleveland souligne le nombre de selles inférieur ou égal à une fois par semaine. La consistance des selles est un élément important du diagnostic. En effet, il est possible d’aller quotidiennement à la selle, mais d’être quand même constipé, car la défécation est pénible.

 

Quels sont les signes et symptômes de la constipation1 ?

 

Les manifestations de la constipation sont les suivantes :

  • Des selles peu fréquentes (moins de 3 fois par semaine);
  • Des selles trop dures et sèches;
  • Des selles de petite taille ou incomplètes;
  • Des difficultés lors de l’expulsion des selles qui peut être douloureuse;
  • Des crampes abdominales et ballonnements;
  • Un mal de ventre;
  • Une perte d’appétit;
  • Parfois des flatulences excessives.

Une constipation réelle est différente d’un dérèglement du transit intestinal. En cas de doute, il est possible d’évaluer la consistances des selles produites en se référant à l’échelle de Bristol: c’est une échelle visuelle qui décrit 7 types de selles. N’hésitez pas à parler de vos troubles digestifs à votre médecin.

 

La constipation : quels types de douleurs ?

 

En plus des symptômes classiques qu’elle occasionne dans la majorité des cas, la constipation peut aussi générer des douleurs abdominales.
Même si leur intensité n’est pas prise en compte par les critères de la classification Rome IV, les douleurs au niveau de l’abdomen sont mentionnées comme symptômes en cas de constipation fonctionnelle tant qu’il n’est pas possible de diagnostiquer un syndrome de l’intestin irritable3. Par ailleurs, chez les enfants, la constipation serait la cause la plus fréquente de douleurs abdominales aiguës4.
Ces douleurs seront plus ou moins intenses en fonction de la sévérité du trouble et de la matière fécale retenue. Généralement, elles se concentrent au niveau des fosses iliaques et peuvent s’étendre à l’ensemble de la cavité abdominale. Attention à ne pas les confondre avec des douleurs épigastriques liées au stress.
Il existe également d’autres types de douleurs possibles en cas de constipation persistante:

 

  • Des douleurs anales5: elles s’expliquent par une sollicitation excessive des muscles anaux, par la formation de lésions lors du passage de selles dures ou encore par l’apparition d’hémorroïdes.
  • Des maux de tête6: la constipation et plus généralement les troubles du transit intestinal peuvent favoriser la survenue de céphalées, notamment chez les enfants et les adolescents7.
  • Des douleurs pelviennes : ce sont majoritairement les femmes qui sont concernées par ce type de douleurs situées dans le bas-ventre. Le plus souvent, elles sont liées à des causes gynécologiques mais elles peuvent également s’expliquer par des troubles intestinaux, un ralentissement du transit et une constipation8.

 

Comment reconnaitre les différents types de constipation ?

 

Il existe plusieurs types de constipation qui se différencient par des facteurs et des symptômes variés:

 

La fréquence

 

La plus courante est la constipation occasionnelle se traduisant par des selles dures et sèches ainsi qu’une faible fréquence de défécation (moins de 3 fois par semaine). Elle est peu inquiétante car elle ne dure pas plus de quelques semaines9.
Si ces symptômes durent plus de 6 mois on la qualifiera alors de constipation chronique. Elle peut être révélatrice d’une autre pathologie ou secondaire à la prise de médicament. Consulter un médecin pour identifier son origine1.

 

Identifier les troubles de la défécation

 

On distingue trois sous-groupes physiopathologiques de constipation1,10,11:

  • La constipation à transit normal, « fonctionnelle », est définie par un temps de transit normal et est la plus fréquente. Des ballonnements et des douleurs abdominales peuvent aussi être associés mais secondaires à la constipation.
  • La constipation de transit, est définie par un temps de transit colique allongé. Ce type de constipation est plus fréquent chez la femme jeune avec peu de défécations et ballonnements.
  • La constipation distale ou terminale (dyschésie), ou trouble obstructif de la défécation est liée à un manque de coordination entre les muscles abdominaux et du plancher pelvien lors de la défécation. Elle se traduit par une sensation de blocage anal lors des efforts de poussée. Dans ce cas, des explorations fonctionnelles associées aux symptômes sont indispensables au diagnostic.


La constipation chronique inclut également la constipation secondaire aux médicaments ou iatrogène.
Plus rarement à une cause organique (neurologique…) qu’il conviendra bien sûr de rechercher. Enfin, le plus souvent, la constipation chronique est primaire, généralement due à des causes extérieures : mauvaise hygiène de vie, alimentation, stress…

 

La constipation : quelles solutions ?

 

Face à des manifestations douloureuses ou inconfortables, il faut déterminer puis éliminer si possible, la cause.

 

Pour venir à bout de la constipation, l’alimentation est un levier sur lequel il est possible d’agir en 1ère intention. En l’absence d’origine organique, iatrogène ou pathologique avérée, la paresse intestinale est généralement10 de nature fonctionnelle.
Pour un mécanisme péristaltique qualitatif et efficace qui permet la progression des matières fécales, il est nécessaire de veiller à ce que l’on mange. Le faible apport en fibres alimentaires participe à la survenue de constipation.

 

OptiFibre® est une solution nutritionnelle avec une action laxative et de rééquilibre de la flore intestinale grâce à son ingrédient unique : la gomme de guar partiellement hydrolysée.

 

OptiFibre® est une denrée alimentaire destinée à des fins médicales spéciales qui s’utilise sous contrôle médical.

 

Toute constipation récente inexpliquée par le changement du mode de vie, toute constipation accompagnée de douleurs, de fièvre, de gonflement du ventre doit faire demander l'avis du médecin. En cas de doute ou de persistance des symptômes au-delà de 7 jours, demandez l’avis d’un professionnel de santé. Chez l’enfant, la prise en charge de la constipation demande impérativement un avis médical.

 

 

1. Vitton, V., Damon, H., et al. (2017) Recommandations pour la pratique clinique de la prise en charge de la constipation SFNCP éditions 2017
2. Agachan F, Chen T, Pfeifer J, Reissman P, Wexner SD. A constipation scoring system to simplify evaluation and management of constipated patients. Diseases of the colon and rectum. 1996 Jun;39(6):681-5. PubMed PMID: 8646957.
3. Mearin F., Lacy B.E., Chang L., Chey W.D., Lembo A.J., Simren M., Spiller R. Bowel Disorders. Gastroenterology. 2016 Feb 18:S0016-5085(16)00222-5.
4. Loening-Baucke V. & Swidsinski A. (2007). Constipation as cause of acute abdominal pain in children. The Journal of pediatrics, 151(6), 666-669.
5. Pittet 0., Demartines N., Hahnloser D. Douleur anale aiguë. Rev Med Suisse 2014; 10 : 555-60.
6. Rezaeiashtiani, A., Jadidi, A., Khanmohammadi-Hezaveh, A., Aghaeipour, S. M., Pourandish, Y., Malekhosseini, S. & Mohammadbeigi, A. (2019). Is the treatment of constipation can relieve the migraine symptoms ? A randomized clinical trial study. Journal of pediatric neurosciences, 14(4), 186.
7. Park M.N., Choi M.G., You S.J. The relationship between primary headache and constipation in children and adolescents. Korean J Pediatr. 2015 Feb;58(2):60-3.
8. Wenger J.-M., Zormpa M., Dällenbach P., Weber L. Place de l’endométriose dans le diagnostic différentiel des douleurs pelviennes chroniques. Rev Med Suisse 2012; 8 : 1998-2002.
9. Camilleri, M., Ford, AC., Mawe, GM., et al. (2017). Chronic constipation. Nat Rev Dis Primers 3:17095
10. Piche T, Dapoigny M, Bouteloup C, Chassagne P, Coffin B, Desfourneaux V, et al. [Recommendations for the clinical management and treatment of chronic constipation in adults]. Gastroenterol Clin Biol. 2007;31(2):125-35.
11. Lembo A, Camilleri M. Chronic constipation. N Engl J Med. 2003;349(14):1360-8. Prather CM. Subtypes of constipation: sorting out the confusion. Rev Gastroenterol Disord. 2004;4 Suppl 2:S11-6.

 


Découvrir nos autres conseils

Plus de conseils